COP 22 : L’Union Européenne soutient 7 villes subsahariennes

,

Fil Infos, Cotonou

 

 

The EU supports 7 cities in sub-saharan African in their provision of sufficient energy access and energy efficiency to their populations.

 

A la suite de l’appel à proposition « Soutenir la participation des villes subsahariennes à la Convention des maires », publié par la Commission européenne le 23 décembre 2015, 7 villes d’Afrique Subsaharienne ont été retenues. Il s’agit des Communes de Nouakchott, Bouaké, Lubumbashi, Kampala, Tsévié, Dakar et l’ensemble des 7 communes du Zou à travers l’Association des Communes du Zou au Bénin.

Au pavillon de l’Union Européenne au village de la COP 22, les Maires des 7 villes : Madame Hamady, Mairesse de Nouakchott, Dr Krotoumou, Mairesse de Bouaké,  Luc Atrokpo, Maire de Bohicon, Sanguza Mutunda, Maire de Lubumbashi, Monsieur Loglo, Maire de Tsévié, Kanyike Sebaggala, Maire de Kampala et Ndiouga Sakho de la Commission du développement durable représentant le Maire de Dakar ont dit toute leur reconnaissance ce mardi à l’Union Européenne pour la main qui est tendue à leurs villes.

L’objectif principal du projet «Convention des Maires d’Afrique subsaharienne» CoM SSA, d’une durée de 4 ans, est d’augmenter les capacités des villes à fournir l’accès à des services énergétiques suffisants, durables et sûrs aux populations urbaines et péri-urbaines (en particulier les pauvres). Une attention particulière sera accordée à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables comme moteurs pour rendre les services faibles en émission locale et pour réduire la vulnérabilité des villes aux changements climatiques.

La mise en réseau des villes subsahariennes est en effet une opportunité d’échange d’expériences et de renforcement des acquis. Le projet permettra par exemple l’installation d’une unité de biogaz à Bouaké et d’y créer des clubs énergie durable. A Lumumbashi où 85 % des besoins énergétiques de la population dépend du bois, et où l’essentiel de la production énergétique des barrages servent à l’usage des industries, le projet contribuera à une gestion durable des ressources. Les 9 communes du Zou avec une population de 900.000 âmes bénéficieront entre autres de la fourniture et de l’installation de 450 lampadaires solaires à raison de 50 par commune. Pour réduire les émissions des secteurs contributeurs principaux, Kampala fait le choix d’une atténuation à travers le changement des systèmes de cuisson pour une baisse de 40 %. Afin de palier la dégradation du couvert végétal, la commune de Tsévié compte amorcer le processus de décarbonisation. La Commune de Dakar quant à elle a procédé à l’audit de ses vulnérabilités économique, sociale et environnementale et pourra aisément avec l’accompagnement de l’Union Européenne mettre en place un centre de gestion de la qualité de l’air, le recyclage du parc automobile…etc.

Afin d’être en mesure de fournir des résultats vis-à-vis de l’objectif global déclaré, la phase pratique du projet démarre dès janvier 2017 dans les 7 villes sélectionnées.