SENEGAL: Le Directeur des Peches Maritimes Detaille Les Nouvelles Mesures de Preservation des Ressources

,

APS, Senegal

Saly Portudal, 6 oct (APS) – Le Directeur des pêches maritimes, Mamadou Goudiaby, a détaillé samedi à Saly les nouvelles mesures règlementaires prises par les pouvoirs publics pour faire face à la menace de raréfaction des ressources halieutiques et asseoir une pêche durable au Sénégal.
 
‘‘Nous avons procédé à une révision de la réglementation à travers la limitation de la taille des individus mis sur le marché. Elle passe par exemple de 12 à 18 centimètres pour la sardinelle, et de à 40 au lieu de 20 cm pour le Méru’’, a expliqué Goudiaby.
 
Il intervenait lors de l’ouverture à Saly Portudal, d’un atelier de renforcement de capacités des journalistes sur les questions de surpêche, de lutte contre la pêche illicite et non règlementaire et leurs impacts sur les communautés.
 
L’atelier de formation destiné aux journalistes est organisé Earth journalism network (réseau de journalisme en environnement), en partenariat avec le groupe de recherche environnement presse (GREP) et Internews, une plateforme de journalistes en environnement.
 
Les nouvelles mesures règlementaires articulées autour de la limitation sur les prises et l’élaboration de plans de gestion des pêcheries visent à asseoir une pêche durable au Sénégal, a-t-il insisté le Directeur des pêches maritimes. 
 
Il a ainsi évoqué d’autres mesures portant sur l’élaboration de plans de gestion des pêcheries et l’adoption de nouvelles mesures règlementaires sur la capture de certaines espèces comme la crevette profonde, le poulpe entre autres.
 
‘’A côté de cela, nous avons pris d’autres mesures de cogestion au niveau déconcentré, avec les comités locaux de pêche artisanale (CLPA). L’objectif est de préserver la ressource’’, a fait savoir Goudiaby.
 
Il a également souligné l’importance du repos biologique, une mesure mise en œuvre de manière périodique pour préserver les ressources. Il s’agit selon lui, d’éviter que les acteurs pêchent pendant toute l’année.
 
Mamadou Goudiaby a, à cet égard, souligné l’importance pour l’ensemble des acteurs s’activant le long du littoral d’avoir une meilleure compréhension des mesures de sauvegarde et de protection des ressources.
 
‘’Le Sénégal dispose d’un potentiel biologique marine énorme notamment d’espèces de poissons, de mollusques ou de crustacés, présents dans nos zones économiques mais aujourd’hui, la surpêche, constitue un danger pour ce secteur’’, a-t-il regretté.
 
‘’La surpêche même si elle est limitée à certaines espèces, engendre une raréfaction de la ressource et une disparition d’espèces, et fait que les populations n’y ont plus axé pour leur consommation’’, a déploré Mamadou Goudiaby.